L’IRCL est une Unité Mixte de Recherche (UMR) du CNRS et de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 créée en 2003 par la fusion de deux UMR, le CEDIM (Centre d’études du XVIIIe siècle) et le CERRA (Centre d’études et de recherches sur la Renaissance anglaise).

L’orientation scientifique générale du laboratoire consiste à analyser la construction et l’émergence de la pensée moderne dans l’aire européenne, entre la Renaissance et la fin du 18e siècle.
Les traits marquants de la pensée moderne identifiés et retenus pour définir des objets d’étude et organiser le travail collectif sont au nombre de quatre :

  • l’autonomisation progressive des cadres de pensée par rapport au religieux ;
  • la persistance des héritages et des traditions issus de l’Antiquité et du Moyen-Age ;
  • le renouvellement des formes esthétiques d’expression ;
  • l’avènement de l’imprimerie et du livre.

A partir de ces caractéristiques de la pensée moderne naissante, l’équipe, constituée d’une quarantaine de chercheurs et enseignants-chercheurs, a défini trois pôles de recherche et deux séminaires transversaux.

Environnements culturels en mutation de la Renaissance aux Lumières

Le premier pôle, intitulé Environnements culturels en mutation de la Renaissance aux Lumières regroupe les recherches fondamentales sur les textes et la production intellectuelle et culturelle de la Renaissance aux Lumières, incluant les aspects matériels de cette production (histoire du livre et de l’édition, pratique théâtrale et histoire du spectacle en Europe, ou encore architecture). Les recherches dans le pôle 1 se déclinent selon quatre champs :

1.1 Histoire et culture matérielle du livre et de la lecture

Ce champ réunit des travaux d’édition, des travaux portant sur l’histoire du livre et de la lecture, étudiant les phénomènes de diffusion, de transmission et de réception d’œuvres littéraires de la première modernité. À partir de l’étude génétique des manuscrits, des apports de la bibliographie matérielle et des réseaux de la librairie d’ancien régime, ces travaux donnent lieu à une réflexion sur la génétique éditoriale, sur le passage du texte à l’œuvre et au livre, promoteur d’une histoire des idées en ce que ces livres façonnent l’image des écrivains et sont porteurs d’un discours éditorial.

1.2 Correspondances, biographie et auctorialité

L’édition et l’étude des correspondances sont l’objet d’un deuxième axe, qui permet des travaux sur l’histoire de la littérature et des idées à l’âge classique en Europe, incluant une réflexion sur les nouvelles pratiques éditoriales, et sur les usages et les modalités de la recherche permise par les nouvelles technologies et leur enjeu épistémologique. Ces recherches incluent une réflexion sur l’auctorialité, sur les biographies et sur la construction des images et des discours qui représentent l’écrivain et, plus généralement, les faits littéraires auxquels il est associé.

1.3 Histoire des pratiques théâtrales de Shakespeare à Beaumarchais

Ces recherches consacrées aux textes et aux pratiques dramatiques (domaines français, anglais & lusophone) prennent la forme d’éditions et de traductions de pièces de théâtre et de livrets d’opéra, de recueils d’essais critiques consacrés à des œuvres particulières, de synthèses historiques, incluant les aspects matériels de la pratique théâtrale (costumes, accessoires ou musique de scène).

1.4 Esthétique, théories et histoire des formes artistiques

Les recherches rassemblées dans ce champ étudient l’élaboration, théorique et concrète de formes artistiques complexes, issues de divers domaines artistiques (peinture, gravure, sculpture, architecture, musique) et d’aires géographiques élargies (Italie, France, Pays Bas, Angleterre et pays germaniques.

Transferts et traductions dans l’Europe du XVIe–XVIIIe siècles

Le pôle 2 étudie les différentes formes de circulation, de diffusion et de réappropriation des héritages de l’Antiquité en France et en Angleterre, et plus largement dans l’aire européenne de la première modernité. Interdisciplinaire, il relève des études littéraires, mais aussi de l’histoire des représentations esthétiques, religieuses ou politiques.

Il s’intéresse aux modalités des transferts, transferts intermédial, d’un support artistique ou technique à un autre, et transferts culturels d’une aire géographico-linguistique à une autre. Il étudie la circulation des textes et des images, de leurs éditions et traductions, au sein de l’Europe d’une part, et entre Europe et Orient, portant alors une attention particulière aux relations de voyage et aux représentations de l’altérité.

Les tensions entre écriture, traduction, reconfigurations sont au cœur des trois champs qui composent ce pôle. Notre approche critique ne hiérarchise ni les auteurs ni les types de productions (nos corpus d’étude sont constitués aussi bien de dictionnaires, de mythographies, que de littérature épistolaire, textes religieux, gravures). Elle vise au contraire à mettre ces corpus en dialogue, dans une perspective d’histoire culturelle.

Champs thématiques

Le pôle 2, Transferts et traductions dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècles, s’organise en 3 champs.

Le champ 1 analyse les enjeux de la transmédialité : il étudie la manière dont la diversité des media de la première modernité réorganise les formes et les figures héritées de l’antiquité gréco-latine.

Le champ 2 étudie les modalités du transfert de l’expérience émotionnelle et spirituelle vers le support écrit. Nous nous y intéressons tout particulièrement aux récits de l’expérience vécue au quotidien et à leur mise en texte.

Le champ 3, focalisé sur les transferts géographiques, étudie les œuvres en migration, au sein de l’Europe, et entre Europe et Orient. Il s’intéresse aux modalités par lesquelles voyagent les représentations, les sensibilités et les savoirs, à l’occasion d’échanges intra et extra-européens.

Dynamiques contemporaines des héritages dans un monde globalisé

Responsables : Florence March, Patrick Taïeb, Jean-Pierre Schandeler

Approche générale/objectifs :

Les études ont pour objet d’évaluer et d’analyser aux XXe et XXIe siècles, les rémanences vives des formes culturelles et de la pensée, issues des périodes abordées dans les Pôles 1 et 2. Toutes les aires géographiques peuvent être prises en considération au-delà de l’Europe.

Champs :

  • La globalisation des Lumières
  • Shakespeare dans le monde contemporain
  • Le théâtre français des XVIIe et XVIIIe siècles aujourd’hui
  • Valorisation des patrimoines (musique, architecture, archives)

L’ensemble des travaux conduits à l’IRCL s’appuie sur des entreprises éditoriales de grande ampleur comme les éditions critiques de la Correspondance générale de La Beaumelle, des Œuvres complètes de Diderot, des Œuvres complètes de D’Alembert.

L’IRCL s’investit également dans les humanités numériques.
Le laboratoire collabore à la base Dezède consacrée à la chronologie des concerts et représentations lyriques et dramatiques dans l’espace national à partir du XVIIIe siècle.

Il produit aussi des ressources en ligne : 
A Dictionary of Shakespeare’s Classical MythologyShakespeare à l’écran dans le monde francophone, Maguelone qui recense le matériel ornemental d’imprimerie, d’ateliers français et européens qui ont imprimé sous de fausses adresses ou sans indication de lieu, et prochainement ‘Les représentations de la France, du français et des Français dans le théâtre anglais de la Renaissance’.

L’IRCL organise de nombreux séminaires de recherche et plusieurs colloques nationaux et internationaux (voir le calendrier et les archives).